Audit externe du fichier électoral: Les 5 experts sélectionnés par la CENI à pied d’œuvre

Kinshasa, le 16 mai 2023. L’Audit externe du fichier électoral de la CENI a débuté lundi 15 mai 2023 par une réunion d’échanges entre les membres de la Centrale électorale et l’équipe mixte d’experts nationaux et internationaux sélectionnés à l’issue d’un appel à candidature lancé le 9 mai dernier. Cette équipe mixte a jusqu’au 20 mai courant pour exécuter cette tâche.

Pour rappel, le 9 mai 2023, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a lancé un appel à candidatures en vue de constituer une mission mixte d’audit externe du fichier électoral composée d’experts nationaux et internationaux.

L’objectif global de l’audit externe du fichier électoral est, d’une part, d’évaluer le système actuel d’identification et d’enrôlement des électeurs, afin d’en identifier les forces et les faiblesses et d’en dégager éventuellement des mesures correctives, et d’autre part, de formuler, le cas échéant, des recommandations conséquentes visant à améliorer la qualité et l’intégrité du fichier électoral.
En réponse à cet appel à candidatures, la Centrale Électorale a reçu 212 dossiers, soumis aussi bien par des nationaux que des internationaux.

C’est dans ce contexte que le Bureau de la CENI, au complet, s’est réuni, samedi 13 mai 2023, pour procéder à la sélection des prestataires et la constitution de la mission mixte devant entreprendre l’audit externe du fichier électoral. L’urgence s’imposait, car la mission était censée débuter ses travaux dès lundi 15 mai 2023, en conformité avec le calendrier du processus électoral.
Il importe d’indiquer que le Bureau est mû par le souci permanent, d’une part, de respecter son calendrier publié depuis novembre 2022 dans lequel toutes les opérations et activités relatives au processus électoral en cours sont déclinées en détail aux fins d’organiser les scrutins de 2023 dans les délais constitutionnels. Et d’autre part, de renforcer les relations avec les parties prenantes pour plus de confiance et de transparence.

La sélection des prestataires s’est opérée sur la base des critères préalablement établis et qui sont clairement esquissés dans l’appel à candidatures et qui peuvent se résumer aux exigences liées aux qualifications académiques, à l’expérience professionnelle, à des références solides dans le domaine de gestion et d’audit des systèmes d’informations, notamment audit des fichiers électoraux, et de l’éventualité d’une situation de conflit d’intérêt.

Tenant compte de la politique Genre de la CENI, le Bureau a particulièrement examiné les candidatures féminines, en les confrontant au mérite et au respect scrupuleux des conditions requises.

Les profils des experts devaient être en conformité avec les thématiques générales de la mission, à savoir le contexte politique et le cadre constitutionnel et légal, la gestion des systèmes électoraux, les technologies et les applications utilisées pour l’inscription des électeurs, la gestion des bases des données, la démographie et les statistiques.

CELLCOMM/CENI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *