Goma: Un mort et plusieurs blessés dans une incursion d’hommes armés à Kyeshero

Un (1) mort et trois (3) blessés, c’est le bilan d’une attaque perpétrée par les hommes armés la nuit du mardi à ce mercredi 26 juillet dernier 2023 dans le quartier Kyeshero avenue de la pacification dans la bille de Goma au Nord-Kivu.

D’après Moise Akili responsible du conseil local de la jeunesse « CLJ » du dudit quartier, il s’agissait de sept (7) personnes vêtues en tenue militaire et policière qui ont tiré à bout portant sur un jeune garçon de la place. 3 autres civils ont été blessés affirme la même source.

Selon la même source, la victime a été tuée après avoir raté un enlèvement. Il lui serait reproché de pouvoir mettre à la place publique des informations sur ces hommes armés assimilés au groupe APCLS qui opèrent dans la territoire de Masisi et qui commettrait des dégâts en ville de Goma pour semer la confusion dans chef des dirigeants de la ville.

« Ils étaient au total 7 personnes vêtues en tenue policière et militaire, qui ont tiré sur un jeune mardi soir au quartier Kyeshero aux environs de 17 heures 30 minutes. Ils sont venus arrêtés ce jeunes répondant au nom de Didi Matata Chinois qu’ils accusent de pouvoir propager les informations de leur groupes car ce sont des jeunes dit Wazalendo qui opèrent dans le territoire de Masisi du mouvement APCLS. Maintenant après plusieurs échanges avec l’élément de la police deux enfants ont été atteints par des balles, mais aussi deux adultes tous civils. Sur place un élément de ces brigands a été maitrisé puis conduit au poste de la police. Toutes ces victimes on été conduites à l’hôpital CBCA de Ndosho pour recevoir les soins nécessaire. Pendant ce temps même le véhicule du président provincial des forces vives a été endommagé » a expliqué Moise Akili.

Ainsi pour ce faire cette structure des jeunes demande aux services compètents de poursuivre avec les enquêtes sur ce groupe insurrectionnel.

Depuis plusieurs jours,la ville de Goma, et une partie du territoire de Nyiragongo voire la cité de Sake font face à une insécurité grandissante.

Siméon Semasaka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *