Sud-Kivu : La peine de mort pour une femme accusée du meurtre d’une fille de cinq ans à Bukavu.

BUKAVU, Dimanche 06 Août 2023, Beninipashe.cd – Le tribunal de grandes instances de Bukavu siégeant en matière de flagrance a condamné à la peine de mort pour meurtre d’un enfant de cinq ans,Nadine Ombeni Malekera, mère de trois enfants habitant de Bagira.

Nadine OMBENI a été reconnue coupable de meurtre d’une fillette de cinq ans dont le corps amputé de quelques organes a été ramassé dans un ravin toujours à Bagira le Mardi 01 Août.

Nadine OMBENI a été reconnue coupable de meurtre d’une fillette de cinq ans dont le corps amputé de quelques organes a été ramassé dans un ravin toujours à Bagira le Mardi 01 Août.
Elle doit aussi payé une somme de cinquante mille dollars américain à titre de dommages et intérêt à la famille victime.

« Madame Ombeni qui a un bébé de deux mois a organisé une cérémonie d’anniversaire à son domicile le samedi 29 juillet comme appât à la qu’elle elle a confié ces deux enfants à l’insu de leur parents, un acte que nous qualifions de kidnapping », a indiqué Maitre David Bugamba dans les plaidoiries.
Ce qui a été rejeté par les avocats des prévenues prétextant que « ces deux enfants ont participé à cette cérémonie comme d’autres enfants de maisons voisines convié à la cérémonie au quartier Nyakavogo », à en croire Maitre Guy Bauni Masimango.

« Les préventions d’enlèvement d’enfants, traite d’enfants, la torture sur un enfant et administration des substances nuisibles à un enfant mis à la charge de la prévenue Nadine OMBENI l’en acquitte, …disqualifie la prévention d’assassinat en charge de cette dernière à celle de meurtre, en conséquence, la condamne à la peine de mort et son arrestation immédiate », a indiqué le président du tribunal de grandes instances de Bukavu Jean-Paul Esanato et président des chambres dans extrait du verdict rendu.

Cette dame a été déchargé de la prévention d’enlèvement d’enfant que les parties civiles ont soulevé en l’accusant d’avoir enlevé deux enfant d’une même famille dont l’un a été retrouvé mort et son corps jeté tandis que l’autre en bon état a été retrouvé chez elle en étant drogué.

Son époux par contre Christian Mufariji, accusé d’association aux malfaiteurs a été acquitté faute de preuves.

L’on a noté une satisfaction de la part de la partie civile et celle de la défense mais toutes les deux disent embrasser d’autres instances. La défense pour obtenir la libération de la condamnée et les parties civiles pour obtenir la condamnation de l’époux acquitté.

Roger CIRIMWAMI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *