Brouhaha sur l’arrachement des affiches des candidats au rond-point de Beni: Clovis Mutsuva promet porter plainte contre le maire

Beni,le 02 novembre 2023(beninipashe)– Des effigies des candidats députés nationaux et provinciaux placés sur la voie publique ont été arrachées nuitamment au rond-point central de Beni, au Nord-Kivu par des éléments de l’ordre.

Selon nos sources sûres, c’est sur ordre de l’autorité urbaine que ces effigies ont été arrachées, après la forclusion du délai donné aux concernés.

Cette décision est qualifiée « d’un excès de zèle », par certains candidats qui pensent que le maire devraient procéder autrement car disent-ils, « ces affiches ne présentaient aucune menace pour la ville voire pour le processus électoral en cours ».

Clovis Mutsuva l’un des candidats en ville, s’étonne que « pendant le moment où le maire a mis toute son énergie sur les affiches, les bandits armés cambriolaient dans
certains quartiers de la commune de Mulekera », un comportement dit-il « qui frise de la complicité ».

Selon lui ces effigies étaient porteuses d’un message de résilience qui sensibilisaient la population, sur comment servir le pays honnêtement avec dévouement.

Il conseille ainsi au maire de s’occuper « de ka sécurité de la population que de mettre son énergie en déchirant les affiches qui ne présentent aucune menace » exporte Clovis Mutsuva qui pense que « cette décision est impopulaire, étant donné qu’à Goma, à Butembo, il y en a les affiches des candidats. Je pensais que la mairie pouvait multiplier mes affiches, parce qu’elles pourtaient un message adapté pour la population de Beni. Il a laissé mes affiches et laisser les bandits cambriolés » s’étonne -t-il.

Clovis Mutsuva annonce à cette occasion qu’une plainte sous son initiative sera déposée devant la justice contre le maire afin qu’il soit remis dans ses droits.

« Je suis en train de constituer une plainte contre le maire de la ville de Beni parceque j’ai beaucoup peiné pour avoir l’argent afin de faire ces affiches. Ce sont les contributions de la population et de mes connaissances pour faire ces affiches qui ont été arrachées par lui ne présentant aucune menace et aucun signe de la campagne. C’est injuste, parce que j’étais autorisé par les services de culture et art ainsi que de l’urbanisme » explique Clovis Mutsuva.

Cette décision est aussi critiquée par plusieurs internautes qui appellent l’autorité urbaine de se référer d’autres villes de la république.

Azarias Mokonzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *