Contre vents et marrées, le député Mbindule Mitono accueilli en triomphe à Butembo

Le député national Mbindule Mitono Crispin, a malgré tous les empêchements foulé le sol de Butembo, (Nord-Kivu) ce mercredi 23 Février 2023.

L’élu de Butembo a été accueilli triomphalement par une foule compacte à partir de Biasa jusqu’au rond-point VGH.

Alors qu’il se dirigeait vers le lieu prévu pour son meteeng accompagné de la foule, l’élu du peuple a souillé des tirs en arme réelle. L’on parle dau-moins 45 blessés.

En réaction à ces échauffourées, Mbindule Mitono parle d’un acharnement des autorités de l’état de siège et de certains acteurs politiques jaloux de son bilan parlementaire. A l’en croire, la mission était de l’éliminer physiquement après l’avoir raté politiquement.

vous attaquez les gens sans arme, et je demande que la justice s’occupe de vous. Ils ont tiré des coups de balles réelles. Ils disent que la manifestation n’est pas autorisé, moi j’ai été instruit qu’on me laisse. Pourquoi on refuse que Mbindule puisse tenir le meeting au niveau de VGH alors qu’on avait autorisé au ministre de l’ESU, à monsieur Kamerhe qui venait d’ailleurs avec un message de réconciliation avec le Rwanda. On a donné aux autres l’autorisation dans le stade, mais quand il s’agit de Mbindule, on mobilise une force terrible, cela prouve que je pèse. Ils savent que je connais beaucoup de choses. Ma faute c’est d’avoir refusé que la RDC puisse négocier avec le Rwanda, ma faute c’est d’avoir dit à Monsieur Kamerhe que les vaches qu’il amène au Rwanda c’est pour aller donné la ration au M23 pour nous tuer, ma faute c’est d’avoir dit non aux négociations de M23 avec les FARDC et que le chef de l’État a suivi. Ma faute c’est d’avoir soutenu la décision du chef de l’État l’orqu’il disait qu’il faut avoir des groupes de surveillance.” a-t-il expliqué peu avant de revenir sur sa position au sujet de l’état de siège.

On avait donné la conduite des opérations au gouverneur militaire, est-ce qu’il y a la paix ? En ville de Butembo, avez-vous déjà vu le maire faire une opération quelques parts, voilà pourquoi j’avais proposé que le pouvoir soit retourné aux civils. Et aujourd’hui, s’il y a du désordre en ville de Butembo, c’est parce que nous avons un maire incompétent. C’est l’acharnement que vous êtes entrain de voir. Ils savent que je suis un député révolutionnaire qui présente les choses comme il le faut. Ces militaires avaient la mission de tirer sur moi. Ils ne doivent pas oublié toutes les autorités dont alertées sur la situation” indiqué en dénonçant un assassinat prémédité contre lui.

Azarias Mokonzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *