Dissolution du fonds social de la République : le député Mufunza Bayengo alerte le Président de la République sur ses conséquences néfastes

Beni,le 14 octobre 2023(beninipashe)- 7 milles 800 emplois suspendus, 450 kilomètres de route non achevés, 26 écoles non construites, 3 centres de santé et 1 puit de forage inachevés, tel est le vide causé par la dissolution du Fonds social de la République Démocratique du Congo seulement en ville de Beni, au Nord-Kivu. Selon le document consulté par Beninipashe.

Cette alerte a été faite savoir au Président de la République Démocratique du Congo dans un mémorandum lui adressé par le député provincial du Nord-Kivu, Mufunza Bayengo Ghislain. L’élu de la ville de Beni rappelle à Félix Antoine Tshisekedi que cette mesure n’a pas non seulement poussé plus de sept mille vulnérables et victimes de guerre dans la rue mais également freiné le développement de la ville de Beni qui doit s’en sortir de la calamité des conflits armés dont elle fait face depuis plus d’une décennie.

À cela s’ajoute, selon le document consulté par Beninipashe.cd,la suspension des contrats avec des entreprises locales de construction et de fournitures des services causant la perte de plus de 16 milles emplois. Une décision qui ne manque pas des répercussions socioéconomiques surtout que la majorité des concernés était encore en plein contrat.

Face à la situation, Mufunza Bayengo Ghislain recommande au président de la République son implication personnelle pour la relance urgente de ces travaux. Il demande par ailleurs l’ouverture des discussions avec la Banque mondiale qui finançait ces travaux afin de trouver d’autres issues paliatives à cette situation et souhaite voir les conseillers du Chef de l’État à la base de cette mesure être poursuivis en justice pour avoir initié une mesure inopportune et induit le Président de la République en erreur.

Pendant ce temps sur le terrain, plusieurs chantiers qui étaient déjà en cours d’exécution commencent à se détériorer. Si d’une part l’érosion menace les routes et caniveaux non encore achevés, d’une autre les matériaux de construction abandonnés sur les différents sites freinent la circulation ou commencent à être dérobé par des inconnus.

Seros Muyisa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *