Incendies à Bukavu : Le gouvernement interpellé sur les conditions de vie d’au-moins 4.000 personnes sans-abris

Le député national Justin Mastaki s’inquiète de l’absence de la réponse humanitaire et de la solidarité nationale aux sinistrés des incendies survenus dans la Ville de Bukavu en province du Sud-Kivu ces deux derniers mois.

Dans une question écrite adressée au ministre des affaires sociales, des actions humanitaires et de la solidarité nationale, l’élu de Bukavu note qu’il y a trois grands incendies survenus aux mois de mai et de juin, laissant au-moins 4.000 personnes sans-abris
Et qu’à peu près mille maisons ont été réduites en cendre, respectivement dans les quartiers Cimpunda, Camp-Zaïre et Irambo, indique-t-il dans cette correspondance.

Des centaines d’élèves et d’étudiants ont dû abandonner les études, leurs effets scolaires ayant été calcinés.

« L’épidémie de choléra s’étant déclarée dans la Ville de Bukavu, les personnes sinistrées sont exposées à un fort risque de contamination, en raison notamment de la promiscuité dans l’unique centre d’accueil de la Coordination des écoles conventionnées catholiques de Camp-Zaïre, où les conditions hygiéniques et sanitaires sont déplorables », ajoute ce cadre de l’UNC dans cette correspondance.

Le risque de famine menace également les sinistrés dont certains, pour avoir tout perdu, montrent déjà les signes de dépression, s’inquiète le Député National.
Il regrette qu’en dépit de tous les cris de détresse ainsi que les appels à l’assistance à l’endroit du Gouvernement central, aucun geste n’a été visible.
A cela, il invite le ministre à donner des explications sur la passivité du gouvernement face à ces drames.

Roger Cirimwami,correspondant bukavu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *