Ituri: Une attaque des CODECO signalée dans la chefferie des Bahema-Nord, la société civile locale parle de 4 mort

Ituri, Le 12 Août 2023, Beninipashe.cd
Les miliciens de la coopérative pour le développement du Congo ( CODECO) , ont tués quatre (4) personnes, lors d’une embuscade qu’ils ont signés, à 12 heures de ce samedi 12 Août 2023 , à la hauteur de la rivière Churu, située à la limite entre le groupement Masumbuko et le secteur des Walendu- Tatsi, chefferie des Bahema – Nord, territoire de Djugu ( Ituri).

Charité Banza , président de la société civile dans région qui confirme la nouvelle indique que les faits se sont déroulés quand les victimes revenaient de la ville de Benia , chef-lieu de la province, pour l’enterrement de leur frère tué par la même police il y a près de quatre (4) jours.

« On ne comprend presque rien, les miliciens de CODECO , ont tués récemment un Jeune homme répondant au nom de Dozonga , que son enterrement a eu lieu à Bunia. Il y a des populations qui sont parties de Largu, Drodro,… enterrées à Bunia, mais quand elles revenaient de là, en arrivant vers la rivière Churu aujourd’hui, les miliciens des CODECO ont ouvert le feu sur ces 4 personnes, qui étaient sur deux motos, toutes ces deux personnes on succombé sur place» a-t-il fait savoir

Ce cadre de la société civile, qui s’en inquiète en appel au chef de l’ État Félix Antoine Tshisekedi, vu la situation sécuritaire du territoire de Djugu, qui se détériore du jour au lendemain.

«Nous sommes dans un État qu’on ne comprends pas où aller , qu’est-ce qu’on faire . Les armées ne peuvent pas être neutralisé . Tout ça , fait notre crainte. Nous demandons au président de la République démocratique du Congo de nous venir au secours, car nous sommes dans une situation catastrophique » a conclu Charité Banza, président de la société civile de la chefferie des Bahema-Nord à Beninipashe.cd

Soulignons qu’à par la mort, de quatre (4) personnes, notre personne ressource indique également que les miliciens CODECO, ont emportés , les deux (2), au bord desquelles les victimes étaient.

Elias LWAYIVWEKA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *