Masisi : retour au calme à Lwama après d’intenses combats entre les Wazalendo et M23-RDF

Goma,le 26 Avril 2024 (Beninipashe)– Un calme relatif est signalé à Lwama depuis la matinée de ce vendredi 26 avril 2024, un jour après d’intenses combats entre les jeunes résistants en collaboration avec le FARDC et les rebelles du M23 la mi-journée d’hier jeudi dans certains villages de ladite localité en chefferie de Bashali, territoire de Masisi au Nord-Kivu.

D’après un habitant de la place, tout est redevenu au calme alors que les armes légères chantaient l’hymne de la mort dans ces différents villages la journée d’hier. Il indique que les activités socioéconomiques ont timidement repris aux heures d’avant-midi de ce vendredi 26 avril.

Certains habitants ayant fui ces hostilités regagnent progressivement leurs domiciles; cependant, ils ont peur et craignent une probable reprise de ces hostilités car ces deux parties en conflits occupent des villages voisins, en groupement Bashali Mokoto , précise la personne ressource.

« Pour le moment il s’observe une accalmie car ce deux groupes ne s’affrontent pas de puis le matin. Les Wazalendo se sont installés au niveau de Butumbalonge, et le M23 est au niveau de kalunda, un village de Kirumbu à l’église adventiste. Il y a certaines parties où les activités ont repris ; seulement qu’il y a la timidité. Certains habitants regagnent leurs habitations et démarrent leurs activités comme d’habitude », dit cet habitant.

Par ailleurs, une autre attaque a été signalée dans le village Kironko du même groupement où la population s’est déplacée vers la localité de Buguri. Selon certaines sources dans la région, cette attaque a duré près de 45 minutes. Il s’agissait d’un groupe des wazalendo qui, en partance pour Lwama afin de rejoindre les leurs , ont été attaqué par les rebelles du M23-RDF dans ce village de Buguri.

Rappelons que c’est depuis jeudi 25 Avril dernier, que ces affrontements ont repris entre les résistants Wazalendo et le M23 dans la partie Sud-Ouest de la chefferie de Bashali, à Masisi.

Beninipashe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *