Nord-Kivu: Un mort et quatre (4) blessés bilan d’une incursion des hommes armés à Kimoka

Des hommes armés non autrement identifiés ont signé une incursion meurtière la nuit du mercredi à ce jeudi 13 juillet au quartier Braza, localité Kimoka, non loin de la cité de sake, groupement Kamuronza , en territoire de Masisi au Nord-Kivu.

Les premières informations sur place révèlent que la seine s’est passée aux enlentours de 2 heures, quand un groupe d’hommes armés s’est introduit dans une maison d’un élément de l’ordre basé à Kimoka. Ces derniers ont tiré sur ce miliaire de FARDC, qui a succombé sur le champ avant de tourner les canons vers ces compagnons.

Selon un leader communautaire de la place qui a recquis l’anonymat, les quatre (4) blessés qui sont actuellement dans une structure sanitaire dans la zone pour les soins appropriés.

« C’était dans les heures tardives que nous avions entendu les coups de feu dans le quartier Braza pensant que c’est encore les Wazalendo car sont visibles souvent dans la région. Juste quelques heures après on n’a eu d’information que c’était une incursion des bandits en armes dans ce quartier qui ont visité un domicile d’un militaire FARDC blessant d’autres quatre (4), mais ils poursuivent les soins dans un hôpital ici à Sake. L’un a rendu son âme directement et ces criminels sont inconnus car c’était difficile de les repéré », indique ce cadre.

Il appelle les services de sécurité à bien diligenter les enquêtes pour afin identifier les auteurs de ce crime, surtout pendant cette période où une grande partie du territoire de Masisi fait face aux multiples cas d’insécurité.

« Vue la situation que nous traversons, le gouvernement doit se disponibiliser pour la sécurité. Tout le monde est devenu porteur d’arme on ne sais pas qui fait quoi. Nous appelons les autorités de veiller sur nous vraiment, tout en menant les démarches pour mettre la main sur ces ces criminels » a-t-il poursuivi.

Un cas similaire avait été enregistré au quartier Virunga de Sake, trois mois après; 3 personnes dont un (1) policier avec son épouse avaient perdu la vie.

Siméon Semasaka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *