Guerre du M23 :Les FARDC écartent la menace loin de Sake

Beni,le 27 Février 2023 Beninipashe —- Les affrontements entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du M23 appuyés par le Rwanda, se sont poursuivis ce lundi 27 février 2023, près de Sake c’est dans le territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu.

Les combats ont été observés à Luhonga, Kahumba non loin de Sake.

Dans la zone, nos sources ont affirmé que, l’armée régulière a usé de sa force aérienne pour repousser ces rebelles qui avaient l’intention de couper la route Sake-Mugunga pour asphyxier complètement la ville de Goma. Les avions de chasse dont Sokhoi et des hélicoptères ont été mis en contribution pour contrecarrer le M23-RDF. Des positions occupées illégalement par le M23 ont été pilonnées par les FARDC déterminées à mettre fin à cette agression rwandaise.

Une information confirmée par Muhindo Kambere Jacques, cadre d’une structure juvénile dans le groupement Kamuhonza, qui précise que les FARDC ont écarté la menace loin de Sake après une attaque lancée par les rebelles qui a surpris les forces armées régulières.

« c’est vers oo heure que l’ennemi a tenté de faire une progression à Sake. Les FARDC comme, ils sont étaient vigilants ont repoussé l’ennemi. C’est vers 10h que nous avons entendu des tirs nourris en armes lourdes et légères appuyées par des avions Sokhoi et des hélicoptères. Pour le moment l’ennemi est anéantie et se retrouve très loin de Sake en débandade dans les collines surplombant Kahumba, Karenga […] Les FARDC ont empêché sa progression et nous demandons qu’il soit ennemi. Nous demandons à la population d’être calme car il est dans une situation compliquée » a-t-il expliqué.

Pendant ce temps à Rubaya, les groupes « de patriotes », se battent avec les mêmes rebelles pour récupérer cette mine d’importance capitale.

Ainsi consécutivement à cette situation, plusieurs civils se déplacent vers les régions supposées sécurisées dont la ville de Goma, craignant pour leur propre sécurité. Nous y reviendrons.

Azarias Mokonzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *